FONCTIONNEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

Exercice lacunaire


Complète les mots manquants ensuite presse sur "Vérifier" pour corriger tes réponses. Utilise le bouton "Indice" pour obtenir une lettre du mot qui te tracasse. Attention, tu perds des points si tu fais appel au bouton indice !!!

   bol alimentaire      canines      chyme      déglutition      du suc gastrique      incisives      la trachée      la trachée-artère      la vésicule biliaire      langue      l'anus      le canal cholédoque      le cardia      le chyle      Le foie      le gros intestin      le pylore      le rectum      l'épiglotte      les villosités intestinales      l'estomac      lèvres      l'insalivation      l'intestin      l'oesophage      mastication      molaires      palais      pharynx   

Les aliments, happés par les , sont brassés par la , poussés sous les qui les coupent, sous les qui les déchirent, sous les qui les broient. Au travail mécanique de la s'ajoute le travail chimique de . Les aliments réduits en bouillie que la langue façonne en une boule, le , sont refoulés dans le .

Deux voies s'offrent au bol alimentaire : qui conduit à l'estomac, qui mène aux poumons. Automatiquement, par réflexes, le voile du ferme le passage vers les fosses nasales, la trachée-artère se soulève vers une languette, , qui s'abaisse et l'obture. Une seule voie reste libre : . Le bol alimentaire s'y engage. C'est l'acte de . Quand, exceptionnellement, les mouvements se dérèglent, les aliments, surtout liquides, pénètrent dans . Leur contact avec la muqueuse trachéale déclenche une toux violente qui expulse les particules alimentaires dans le pharynx. Il arrive que notre boisson remonte par les fosses nasales. Par réflexes, les fibres musculaires de l'œsophage se contractent en arrière du bol alimentaire. On peut suivre ces contractions à l'aide des rayons X : elles se propagent du pharynx à l'estomac. Le bol alimentaire chemine ainsi toujours dans le même sens, que l'homme soit debout ou assis, couché en position horizontale ou renversé la tête en bas. Dans ce dernier cas, les aliments montent à l'estomac (cas normal de beaucoup d'animaux).
Les observations radioscopiques montrent que les bols alimentaires s'accumulent dans et le distendent . Puis, les fibres musculaires se contractent et se relâchent alternativement pendant que les orifices d'entrée ( )et de sortie () sont fermés : les aliments sont brassés.

Sous l'action , les aliments se transforment en une bouillie claire ou . De temps à autre, le pylore s'ouvre et un jet du contenu stomacal est expulsé dans . Un tri s'opère : l'eau, le bouillon ne s'arrêtent pas dans l'estomac ; le lait, la bière, surtout le pain et la viande sont lentement évacués (deux ou trois heures) et par portions successives.
Les graisses séjournent longtemps et ralentissent le passage des autres aliments : un repas de viande hachée et de graisses n'est évacué qu'en sept à huit heures.

produit continuellement de la bile (environ 1 litre par jour). Entre les repas, celle-ci s'accumule dans . L'arrivée du chyme acide dans l'intestin déclenche son écoulement par .
En dehors des repas, le pancréas ne sécrète pas, la sécrétion intestinale est insignifiante. Les sécrétions deviennent abondantes quand le chyme pénètre dans la première partie de l'intestin.
Le cheminement du chyme est assuré par les contractions et les relâchements des fibres musculaires des parois de l'intestin. Les aliments mettent de quatre à six heures pour parcourir l'intestin grêle.
Ils subissent l'action des sucs pancréatique et intestinal et de la bile. Ils donnent un liquide blanc, , peu à peu absorbé par , et des " résidus " qui passent dans . Les excréments seront stockés dans et évacué par .